Mais dans quel pays gagne-t-on réellement le plus ?

Le dernier rapport de l’OCDE, Taxing Wages 2018, classe les pays en fonction des salaires moyens reçus, bruts et nets. Sans surprise, les Etats peu peuplés et les pays nordiques se démarquent. La France est reléguée à la 16eme place. 

 

Les salariés des pays de l’OCDE gagnent en moyenne 75% de leur salaire brut. Des taux moyens d’imposition ou de prélèvements sociaux qui ont augmenté au cours des vingt dernières années, à cause notamment des hausses de salaires dans la plupart des pays, note l’organisme. 

Alors bien sûr, la photographie du salaire net ne suffit pas pour évaluer du niveau de vie. 

Premier point, les salaires sont nets des charges fiscales sur le travail. Mais ça n’indique pas la réalité de la charge fiscale à l’égard des citoyens. On oublie notamment les taxes locales, les taxes de consommation ou encore l’imposition du patrimoine mobilier ou immobilier. 

Deuxième point, l’étude ne prend pas en compte le pouvoir d’achat.  Le niveau de vie dépend grandement du pouvoir d’achat, c’est à dire de la façon dont le salarié peut consommer et à quel prix. On sait qu’à cet effet, le coût de la vie en Suisse est l’un des plus élevés au monde ou que l’immobilier est très cher dans les grandes métropoles. Paris ressort ainsi régulièrement dans les classements comme la métropole européenne la plus chère, après Londres. 

Troisième point, la réalité du niveau de vie dépend aussi de la situation familiale. 

Quatrième point, la réalité du niveau de vie doit aussi prendre en compte le modèle social. Les pays où on gagne le plus sont aussi ceux où les dépenses sociales et d’éducation sont à la charge des bénéficiaires. L’hôpital, l’école, l’université sont le plus souvent privatisés. 

En revanche, dans les pays les plus bas du classement, comme la France, les dépenses de santé et d’éducation sont mutualisées. Pour avancer dans la connaissance comparée de systèmes, il faudrait évidemment introduire une évaluation de l’efficacité des services publics.  

1. La Suisse

71 000 euros brut/59 000 euros net

En brut comme en net, la Suisse truste la première place du classement. Avec des revenus réputés plus élevés et une charge fiscale et sociale, comparaison n’est pas forcément raison. Ainsi, les impôts varient considérablement selon la commune ou le canton d’habitation. D’autre part, les cotisations obligatoires aux caisses d’assurance maladie ou de prévoyance professionnelle ne sont pas inclues dans ce calcul de l’OCDE et ne reflète donc pas le montant qu’il reste au salarié suisse.

 

2. Le Luxembourg

66 000 euros brut/47 000 euros net

Deuxième du classement, deuxième petit pays. Et au Luxembourg, ce qui est frappant, c’est la différence entre le salaire net d’un célibataire sans enfant (70% du brut) et d’un individu marié avec deux enfants, où la part de net monte à 95%. Le Grand-Duché est en la matière un des pays qui ponctionne le moins et redistribue le plus aux familles.

3. Islande

64 000 euros brut/45 000 euros net

Un pays hors UE. Les pays nordiques sont particulièrement bien représentés dans le haut du classement.

4. Allemagne

64 000 euros brut/38 000 euros net

Pour un même salaire brut, le salaire net en Allemagne est environ 10 % plus faible qu'en France. Pourquoi ? Ce sont les cotisations qui sont plus élevées pour l’employeur en France et qui n’apparaissent sur le salaire brut. Par ailleurs, l’Allemagne est pionnière en matière d’imposition à la source, en prélevant à la fois l’impôt sur le revenu et une taxe religieuse.

5. Pays-Bas

63 000 euros brut/44 000 euros net

6. Belgique

59 000 euros brut/35 000 euros net

7. Autriche

58 000 euros brut/39 000 euros net

8. Norvège

57 000 euros brut/41 000 euros net

9. Danemark

56 000 euros brut/36 000 euros net

10. Australie

55 000 euros brut/42 000 euros net

11. Royaume-Uni

55 000 euros brut/42 000 euros net

12. Etats-Unis

53 000 euros brut/39 000 euros net

Au delà des Etats-Unis, on trouve des pays comme le Canada 

les pays du Golfe.

 

La France, elle, n’arrive qu’en 16ème position avec un revenu annuel de 48 000 euros brut et 34 000 euros net. 

Alors, ça n’est pas très brillant, pour, encore aujourd’hui, la 5ème puissance économique du monde. Ce décalage entre le niveau de puissance globale et le niveau de revenu individuel s’explique par les inégalités importantes qui se sont d’ailleurs creusées depuis la crise. 

Le chômage de masse et le poids de la fonction publique tirent la moyenne des revenus vers le bas. 

 

Ce qui est d’ailleurs étonnant, c’est que, si la France n’arrive qu’en 16eme position pour le revenu, elle arrive dans les 5 premiers des pays du monde où on souhaiterait vivre. La Suisse, la Grande Bretagne, les Etats-Unis, l’Italie...

 

Lien vers le portail des statistiques : 

https://fr.statista.com/infographie/13833/les-pays-ou-lon-gagne-le-mieux-sa-vie/