Les prix Nobel d’économie français sont non seulement rares mais aussi très mal aimés des universitaires. Esther Duflo, lauréat 2019, en fait les frais.

Crédit Alternatives Economiques

A la veille de recevoir son prix Nobel d’économie, Esther Duflo, économiste française, professeur au MIT, fait l’objet d’une cabale injuste et vulgaire menée par une partie des universitaires français.

Esther Duflo, prix Nobel d’économie pour ses travaux sur la pauvreté, est l’objet d’une indifférence assez désobligeante de la part des universitaires français, quand ce n’est pas d’un procès en sorcellerie politique.

Il faut être d’une cuistrerie assez rare pour oser demander dans un magazine destiné au grand public : “Mais pourquoi Esther Duflo a-t-elle reçu le prix Nobel Nobel d’économie ». Sous-entendu, qu’a-t-elle fait d’aussi extraordinaire pour mériter un tel honneur ? 

L’article est publié dans Alternatives économiques, il est signé Denis Clerc qui se dit « universitaire comme elle » dit-il, « agrégé de sciences sociales exactement comme elle », ajoute-t-il, et sans doute brillant comme elle (du moins on croit comprendre). En plus, comme elle aborde les questions de pauvreté, ça aurait dû lui plaire... Denis Clerc est fondateur du magazine Alternatives économiques. Un mensuel cohérent, pédagogique de qualité, très lu par les étudiants et les élèves de terminale, mais un mensuel très engagé à  gauche et très influent auprès des professeurs d’histoire, de géographie et d’économie. Toujours prêt à pourfendre avec raison les inégalités du système économique. En toute logique, les travaux d’Esther Duflo auraient du être épluchés et recommandés. 

Et bien non !  Le magazine Alternatives économiques se demande très sérieusement « Pourquoi la banque de Stockholm a attribué le prix Nobel à cette professeure ?». Avec en illustration, un dessin qui caricature cette pauvre Esther montrant que son travail et son énergie n’a aucun intérêt pour réduire les mécanismes de la pauvreté dans le monde.  

Un peu comme si dans les chapelles parisiennes, on ne la trouvait pas légitime. 

Alors pourquoi tant de haine ?  Il faut lire le papier parce qu’il reflète l’état de « la pensée officielle de la majorité des professeurs d’économie en France » et sans doute, donne une idée du fossé qui sépare beaucoup de bacheliers français qui lisent ce magazine de la réalité. 

Il y a un peu de jalousie dans cette cabale, évidemment. Les professeurs agrégés des universités françaises ont beaucoup d’égo, le corps des professeurs de lycée encore plus, parfois un peu d’arrogance à l’encontre de leurs collègues qui comme des stars de rock, donnent des concerts (pardon, des cours) dans les grandes facs américaines. 

Ce qui avait déjà rendu fous les profs français, c’est que Barack Obama avait appelécette petite française à son cabinet alors que peu de gens à Paris la connaissaient. 

Pour quoi elle et pas nous ?  Après tout, qu’a-t-elle fait, cette franco-américaine qui réside aux Etats-Unis, qui travaille au MIT et qui est marié à un indien avec qui elle développe ses recherches et avec qui elle va partager le prix ? 

On a assisté à la même polémique quand, en 2014, le prix Nobel fut attribué à Jean Tirole,  Jean Tirole, le toulousain trop libéral, et à qui on ne pardonnait pas d’avait eu l’outrecuidance de critiquer la ministre de l’Education nationale de François Hollande.  

On assiste à la même cabale que celle qu’avait essuyée Maurice Allais quand il reçut le prix en 1988, tout comme Gérard Debreu en 1983. Tous les deux avaient le défaut de considérer l’économie comme une science qui méritait la rigueur que leur donnent les modèles mathématiques. 

Gérard Debreu, polytechnicien récompensé pour son travail de modélisation des phénomènes de marché, travaillait aux Etats-Unis, il a même acquis la nationalité américaine. Maurice Allais en 1988 a été primé pour son travail lié à la fluidité des marchés. Quant à Jean Tirole, il a beaucoup travaillé sur les disfonctionnements des marchés et il ne s’en est jamais caché mais il n’a jamais remis en cause le modèle d’économie de marché. Et c’est bien le problème qui troublait Mme Najat Vallaud-Belkacem. 

Nos prix Nobel sont trop libéraux dans un système universitaire dominé par la pensée keynésienne et sociale-démocrate. Ils n’ont d’ailleurs jamais pu faire de carrières dans le système français dominé par ce paradigme.

Ah, si seulement Joseph Stiglitz avait pu être français. Lui au moins, il a mérité son prix Nobel. Avec Stiglitz, pas de risque de déroger dans l'analyse des grands principes des politiques de relance par la demande. 

Le malheur d’Esther Duflo est qu‘elle s’est retrouvée en France face à la même pression. Et pourtant, son domaine de recherche aurait pu se marier aux choix de nos universitaires : la pauvreté, les inégalités. Le social, quoi. Aux Etats Unis, elle est de gauche. Peu probable que Donald Trump l’appelle comme conseillère.

 

Le problème, avec notre gauche à nous, est que sa méthode d’approche et de traitement est très micro économique. Ce qui fait d’elle une pratiquante de l'économie d'offre, une schumpetérienne dans son genre. Alors ça fait bizarre dans le paysage classique.  A la limite, elle est en risque du politiquement incorrect. 

Ses recherches, comme celles de son mari et leur collègue Michel Kerner, ont pourtant « considérablement amélioré notre capacité à lutter contre la pauvreté globale. En deux décennies, leur approche basée sur les expérimentations a transformé l’économie du développement, qui est maintenant un champ de recherche florissant » a précisé l’Académie royale des sciences suédoise.

Avec quels moyens : en divisant la question gigantesque de la pauvreté en sujets plus restreints, mais plus facilement adressables, comme la santé des enfants ou l’amélioration des systèmes éducatifs. En pariant sur la responsabilité individuelle des acteurs 

Michael Kremer, par exemple, a réalisé ces premières expérimentations au Kenya, pour chercher à améliorer les résultats scolaires. Au début des années 1990, il se demande ce qui aidera le mieux à améliorer le niveau d’éducation d’élèves en difficulté: l’accès à des livres, ou bien une cantine gratuite? Après moultes études, il ne trouva pas de réponse satisfaisante. L’accès aux livres finissait toujours par aider les élèves les plus brillants de l’école 

 Esther Duflo et Abriait Banerjee ont utilisé le même procédé d’expérimentation en Inde, mais cette fois en proposant un programme de tutorat spécialisé en fonction des besoins des élèves. “Cette expérimentation a clairement montré que cibler les élèves les plus en difficulté était une mesure efficace, à court comme à moyen terme” précise le comité Nobel. Alors ça n’est pas forcément très spectaculaire, mais ça a au moins le mérite d’être efficace. C’est bien la raison pour laquelle Barack Obama avait adopté sa méthode.  

Sur l’enseignement encore, Esther Duflo et Michael Kremer se sont intéressés à l’efficacité des professeurs et à leur absentéisme, important dans les pays en développement.

Les chercheurs ont montré que les élèves qui ont des professeurs avec des contrats courts, qui sont prolongés si les enseignants ont de bons résultats, s’en sortent mieux à l’école. Le remède serait dans le jeu de la concurrence des professeurs qui pousse à l’excellence. Le corps enseignant français ne peut pas admettre un tel système. À l’inverse, contre toute attente, diminuer le nombre d’enfants par classe de professeurs employés de manière pérenne n’a pas d’effet significatif. 

Sur la santé, d’autres recherches ont montré l’impact du prix d’un médicament sur son utilisation. Un vermifuge antiparasitaire n’est donné que par 18% de familles s’il coûte 1 dollar, alors que s’il est gratuit, 75% des parents en fournissent à leur enfant. Cela semble couler de source, sauf que le prix de 1 dollar veut dire que le médicament est déjà très subventionné.

Une autre expérimentation a montré que la mise en place de cliniques mobiles triplait le taux de vaccinationCelui-ci augmentait encore si l’on proposait aux parents un sac de lentilles en échange de la vaccination de leurs enfants. Et le tout pour un coût par vaccination plus faible, etc etc.

Ces études ont façonné un nouveau champ de recherche, l’économie du développement. Avec un impact concret, l’OMS, suite notamment à l’étude sur les vermifuges, recommande que les médicaments soient distribués gratuitement pour 800 millions d’enfants vivant dans des zones où plus de 20% d’entre eux sont touchés par des infections parasitaires.

Alors, ça n’est pas forcément très spectaculaire, la mise en œuvre de ces politiques, mais ça a au moins le mérite d’être efficace. C’est bien la raison pour laquelle Barack Obama avait adopté sa méthode.  

Ce qui gène, ça n’est pas que ces travaux aient délivré des résultats. Ce qui gène, c’est que la méthode s’appuie sur le système de marché existant, parce qu’elle soutient la thèse que « le développement est à portée de main, dès lors que les populations constatent qu’elles peuvent améliorer leur sort dans tel ou tel domaine » écrit Denis Clerc.

Et il résume là ce que beaucoup de professeurs d’économie français reprochent à Esther Duflo. Elle fait confiance aux hommes et aux femmes de terrain, à leurs responsabilités, à la satisfaction de leurs intérêts. 

Il reconnaît les effets bénéfiques mais ne se dit ni admiratif, ni convaincu. « Ma conviction , écrit-il, est que les obstacles au développement proviennent surtout de trois fléaux macrosociaux » :

1 La mauvaise gouvernance. L’Etat n’enrichit que ceux qui le captent ; 

2 Les guerres civiles ;

3 L’insuffisance financière pour construire des infrastructures et des services publics. 

Bref, on retombe dans le classique du classique : c’est l’Etat qui est responsable. C’est tout le système qu’il faut changer. Le problème, c’est qu’on n’a pas trouvé de modèle alternatif à celui de l’économie de marché pour créer de la richesse. 

Et comme nos prix Nobel considèrent que si l’Etat a sa responsabilité, la fluidité des marchés et leur fonctionnement contribuent le plus souvent à redresser des situations. Un seul exemple, les pays sous-développés n’ont réussi à devenir émergents que le jour où ils ont été touchés par les mécanismes de marché et ont su attirer l’investissement. Les organisations internationales, comme le FMI ou la Banque mondiale pour le développement n’ont pas été inutiles. Mais la confrontation des intérêts micro économiques a été indispensable au phénomène de décollage.