Etats-Unis : HSBC paie 1,92 milliards de dollars pour mettre fin à sa poursuite en justice

HSBC a annoncé le versement de 1,92 milliards de dollars à la justice américaine pour mettre fin à ses poursuites. La banque a en effet été mise en examen pour blanchiment d’argent sale. Elle aurait fermé les yeux sur 470 milliards, dont 7 milliards viendraient d’un cartel de drogue mexicain et 16 milliards de transactions secrètes avec l’Iran.

« Nous assumons la responsabilité de nos erreurs passées (…). HSBC est toutefois aujourd’hui une organisation fondamentalement différente de celle qui a commis ces erreurs », a déclaré le patron de la banque, Stuart Gulliver. Le nombre de salariés et le montant dédiés à traquer l’argent ont depuis été multipliés par 10. La banque aurait également « conclu un accord avec les autorités américaines dans le cadre d’investigations concernant des infractions aux lois sur les sanctions (frappant certaines entités criminelles ou assimilées) et la lutte contre le blanchiment d’argent », d’après un de ses communiqués.

Accepter ce « amende record » était pour HSBC une très bonne affaire, car elle ne représente en réalité que 8% de son bénéfice annuel. Elle a échappé à de plus lourdes sanctions, la justice envisageait en effet de réduire le périmètre d’activité de HSBC, voire lui interdire de continuer son métier. Mais ce cas d’école n’a pas échappé à la règle du «too big to fail» (trop gros pour tomber). Sa cote en bourse n’a pas trop pâti non plus de cette affaire, restant quasiment stable à l’annonce de ce verdict, pour finalement reprendre sa hausse.